Amateurs,  Débutants,  Les bases,  Les exercices de la barre,  Pré-professionnel,  Professionnel

Les exercices de la barre : les battements tendus

Comme second exercice de la barre, les battements tendus changent complètement de l’exercice des pliés, avec une première approche des directions et du contact au sol par le mouvement d’une jambe par rapport à l’autre.

Mais les battements tendus abordent des perceptions plus pointues, complètement liées à la manière de les pratiquer et à la place que nous leur donnons dans la danse classique.

Voyons ainsi ensemble pourquoi, comment et surtout dans quel but nous faisons les battements tendus à la barre.

Pourquoi faire les battements tendus ?

Après la première mise en route du corps à la danse classique par l’exercice des pliés, celui des battements tendus amorce la liaison de nombreuses notions pour établir les bases de la danse classique adaptée à notre propre corps.

Pour le travail des directions de jambes et corps

En premier lieu, l’exercice des battements tendus, avec les sorties de jambe que ce soit de la 5ème ou de la 1ère position, aborde les notions de directions de jambes en 4ème devant, derrière et à la 2nd. Le tout en conservant une jambe de terre en appui stable et montée, prête à éventuellement s’interchanger de rôles avec l’autre jambe lors des changements de jambes.

Le reste du corps a aussi son propre travail de direction au travers des positions de bras (1ère, 2nd, allongé devant, couronne) et des épaulements par la combinaison du maintien du buste et des positions portées de la tête.

Pour le travail d’action des pieds

Les pieds ont un énorme rôle à jouer dans l’action de sortie et de rentré des pieds depuis la position initiale. Cela grâce au déroulement du pied tout au long de la sortie de la jambe, passant de pied flex en appui à un pied pointé.

Ce déroulé représente un travail d’articulation du pied mais également de résistance puis d’appui du pied se libérant du sol. Évidemment, le trajet retour du pied se fait par un déroulé inverse du pied jusqu’à la position en 5ème ou 1ère.

Travail de déroulé et résistance du pied sorti

Lors d’exercice de battements tendus plus complexes ou rapides, ce déroulé de pied est utilisé dans toutes les versions possibles et à vitesse variable.

Pour le travail d’en dehors des jambes

Bien entendu, lorsque l’on parle de danse classique l’en dehors revient toujours en première ligne. Et après avoir amené l’en-dehors de manière plus fluide et aidée dans l’exercice des pliés, nous abordons alors l’en dehors depuis une position souvent genoux tendus.

L’en dehors est alors conservé depuis la position initiale jusqu’à chaque finalité de battement tendu. Sans compter, bien sûr, sur le maintien toujours en dehors au retour de la jambe en position initiale. L’en dehors sera renforcé par une action conjointe et de même intensité des deux jambes, malgré les changements de directions de la jambe qui sort.

Pour le travail de la stabilité du bassin

Lors de ces différents changements de directions, l’exercice des battements tendus permet de s’engager sur un travail de stabilité et d’équilibre du bassin. Ce travail de stabilité demande de libérer le bassin de l’action des jambes.

Pour le travail d’opposition des forces

Afin de conserver les jambes dans les directions demandées en danse classique et d’éviter un décroisement de celles-ci, nous pouvons nous pencher sur le travail des forces croisées au travers de cet exercice.

Ces oppositions de force sont verticales, horizontales et surtout diagonales. Ainsi par exemple, lorsque nous amenons la jambe en battement devant, celle-ci reste connectée au côté du bassin opposé à la jambe et au pied pointé. Le tout par une belle diagonale, d’où le nom de forces croisées. Il en est de même pour toutes les positions, sachant que plus importante des oppositions étant celle de se grandir en opposition à l’attraction terrestre.

Force croisée diagonale à la 2nd

Pour le travail de musicalité

Que ce soit en tendus ou pliés, les battements nous permettent par leur différentes versions et multiples possibilités, de travailler notre musicalité.

D’une part avec des temps à l’accent intérieur ou extérieur, d’autre part avec la possibilité de les rendre lents, rapides, décomposés, ou presque «mangés »…

Les battements tendus nous offrent une première approche des différents types de musicalités, le plus souvent au travers d’un minimum deux exercices de battements tendus lors de la barre. L’un pour apprivoiser l’exercice tout en détente et mise en forme. L’autre pour aborder et travailler la musicalité et les variantes d’enchaînements plus complexes.

Comment faire les battements tendus ?

Avant même de commencer à faire l’exercice, la préparation est très importante. C’est un moment pour préparer son corps à l’exercice, se recentrer, s’aligner, s’allonger et ressentir toutes les notions de posture spécifiques à la danse classique. Cette préparation est essentielle pour permettre de commencer l’exercice toute en stabilité, tenue et détente, afin de focaliser davantage sur le travail spécifique des battements tendus.

En prenant conscience du contact au sol et en utilisant l’appui des pieds

La première chose que l’on perçoit d’un battement tendu est la sortie d’une jambe depuis la position initiale. Cette sortie se traduit par un contact au sol très important au départ, puis s’allégeant au fur-et-à-mesure jusqu’à la position de pointé du pied.

Nous pouvons assimiler ce contact à l’image du beurre que l’on étale sur du pain. Au départ ce contact prend appui avec une grande pression vers le sol puis s’allège en fin de course, se libérant au final à peine du sol.

Le contact appuyé est présent sur le premier tiers du trajet, avec un pied parallèle au bassin et au pied de terre. Puis le talon se soulève progressivement vers l’avant, laissant la partie avant du pied en résistance au sol par rapport à la direction du battement tendu. Enfin, en fin de trajet, le bout du pied se pointe en amenant encore plus loin le trajet du battement tendu.

Pendant tout ce parcours de la jambe sortie, la jambe de terre se repousse elle, encore davantage, en utilisant un appui tout aussi puissant que la résistance de l’autre jambe qui réalise le battement tendu. Le travail d’appui et de résistance au sol doit se faire de manière simultanée et équilibrée pour les deux jambes.

En créant l’allongement dans les jambes et les hanches grâce à la stabilité du bassin

Les battements tendus ont pour fonction d’aborder les directions de jambes. Lors de ces mouvements, nous devons les aborder avec le plus de longueur dans les jambes grâce à la suspension du bassin. L’image des « portes-jarretelles » (La correction rentre tes fesses), nous sera d’une très grande aide pour sentir cet allongement opposé.

D’un côté, la jambe sortie s’étire le plus loin possible dans la direction du battement tendu. De l’autre, le bassin reste stable et soutenu, résistant à cet appel de suivre la jambe sortie. Cette opposition créer un espace dans l’articulation de nos hanches, ce qui va permettre de tourner encore davantage nos jambes en dehors, autant pour la jambe sortie que pour celle de terre.

Création de l’espace au niveau des hanches par l’opposition entre la suspension du bassin et l’allongement des jambes

Cette stabilité de bassin sera essentielle à la suite des exercices à la barre, et ce premier exercice demande une véritable attention à son sujet. Il en est de même, lorsque les battements tendus arrivent ou commencent par un plié en position initiale.

En prenant conscience que le retour est aussi important que l’aller

Maintenant, que nous avons mis toute notre attention à cette sortie de jambe en battement tendu, il ne faut surtout pas oublier le retour qui est d’autant plus important.

Lors de ce retour de battement tendu, nous faisons le cheminement inverse au niveau des appuis et de la résistance au sol des pieds. C’est la pointe de pied qui reprend d’abord contact au sol, allant d’une demi-pointe très haute au plat du pied. Le talon lui résiste à cet attraction vers le sol de manière progressive jusqu’à être suffisamment en dehors et parallèle au pied de terre pour se poser, et là faire corps avec tout le reste du pied pour résister au retour en 5ème ou 1ère position.

Cette résistance ne doit pas non plus être exagérée car elle ne doit pas embarquer le bassin vers un déséquilibre ni tassement vers le sol. Au contraire le bassin doit d’autant plus se suspendre pour laisser la place à la jambe sortie de se rentrer en position initiale et enchaîner vers un autre pas.

En amenant une connection stable et détendue du haut du corps par rapport à l’action des jambes, le tout dans une unité d’allongement du corps

Souvent lors des battements tendus nous focalisons sur le travail des jambes, des pieds et celle de la stabilité du bassin. Mais il ne faut pas oublier le reste du corps qui doit participer, ou en tous cas aider à alléger l’effort que demande le travail du bas du corps.

Le haut du corps doit participer à l’action d’allongement du corps, du repoussé du sol et du gainage du ventre. Pour cela nous devons unir nos sensations, d’une part grâce à l’image de la « toile d’araignée » (La correction rentre ton ventre), pour le gainage du ventre. D’autre part par l’image des « ailes d’ange » (La correction baisse tes épaules) pour le soutien du haut du corps. Et enfin, par l’image de la « sève montante d’un arbre » (La correction grandis-toi) pour le repoussé du sol et l’allongement dans l’unité de tout le corps.

Malgré ce besoin d’unité dans le corps, l’action des jambes ne doit pas avoir de répercussion sur le reste du corps. Les jambes doivent se sentir libres de s’articuler, bouger avec une grande liberté et indépendance par rapport au reste du corps lorsqu’elles ne sont pas en appui. Et inversement, nous percevons le reste du corps serein et stable, en connection mais libéré par rapport aux mouvements de jambes. Ce reste du corps représente alors un socle, une base sûre pour chaque mouvement, capable d’absorber les différentes forces et contre-forces dues à chaque mouvement, le tout dans la stabilité, l’équilibre et l’allongement.

En quoi les battements tendus nous servent-ils par la suite ?

Le battement tendu est le premier mouvement souvent préparatif à un pas plus complexe. Le travail spécifique de l’exercice des battements tendus, nous donne une base de conscience du corps pour appréhender d’autres mouvements avec plus d’amplitude ou d’intensité.

À initier chaque mouvement commençant par un battement tendu

Premier exercice de sortie de jambe à la barre, les battements tendus sont l’une des bases initiatiques de tous mouvements de danse classique. Par la suite beaucoup de mouvements, mêmes simples, passeront en premier lieu par celui du battement tendu. Ainsi, le battement tendu nous servira dans quasiment tous les exercices à la barre, comme base de mouvement aux :

  • Battements jetés
  • Ronds de jambes à terre et en l’air (lorsque la jambe sortie part tendue)
  • Certains mouvements des exercices de fondus, petits battements sur le cou de pied et les battements frappés
  • Grands battements

Ensuite au milieu, comme le mouvement de battement tendu initie les principaux mouvements de la barre que nous retrouvons après au milieu, il existe beaucoup de mouvements utilisant les battements tendus. Une liste exhaustive est impossible, mais voici quelques exemples :

  • Les dégagés (temps-liés, pas de basques, …)
  • Certains mouvements dans l’adage à partir du moment où ils ne sont pas développés
  • Les préparations de tours
  • Les moyens sauts (glissade, démarrage des assemblés, jetés, ballonnés, retours des sissonnes, …)
  • La batterie (démarrage des brisés, cabrioles, …)
  • La plupart des grands sauts partant d’une jambe sortie tendue
  • La plupart des exercices de pointes

La plupart de ces pas passent par le battement tendu pour aller au battement jeté, voir grand battement. Ce schéma se vérifie beaucoup dans les appels et/ou réceptions de sauts.

À renforcer l’amplitude et la stabilité technique

Mais en quoi travailler les battements tendus peut nous aider à réaliser tous ces mouvements ?

Tout d’abord par le travail de stabilité du bassin et de longueur de jambe, le passage d’un simple battement tendu à un battement jeté ou grand battement sera plus fluide, aisé.

Grâce à cette stabilité du bassin, la jambe de terre devient plus forte et dynamique pour une meilleure propulsion depuis une jambe, par exemple.

Et le fait de travailler les deux jambes ensemble amène une meilleure coordination des mouvements techniques.

Enfin travailler la longueur active des jambes amène à utiliser une plus grande amplitude de levée ou projection de jambe pour l’adage, ou les moyens et grands sauts par exemple.

Prochain article sur les battements jetés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :